BIEN GÉRER SES ÉMOTIONS

 

Libérer les émotions est essentiel pour préserver l’homéostasie, c’est-à-dire la capacité à faire retour à chaque instant à l’état d’équilibre et de santé.

Gérer les émotions au quotidien et leur permettre de s’exprimer est un facteur essentiel de vitalité.
En effet, les émotions non exprimées et refoulées peuvent gêner la circulation de l’information dans notre organisme.

Après un bref rappel sur la circulation de l’énergie et sur les cinq émotions primaires, nous verrons différentes techniques pour libérer les émotions.

 

LA CIRCULATION DE L’ENERGIE

 

La santé se caractérise par une circulation fluide et harmonieuse à travers tout le corps. La Médecine Traditionnelle Chinoise affirme que l’état de’ santé se caractérise par une circulation d’énergie tellement fluide que rien ne peut être perçu.

Tout symptôme se caractérise par une résistance au passage de l’énergie qui a des conséquences immédiates sur la circulation de l’information.
De ce fait, le symptôme est une précieuse information lorsque nous prenons le temps de l’écouter, « le mal-à-dit ».

Lorsque l’énergie est entravée dans sa libre circulation, l’information ne peut plus passer. Les cellules, les tissus et les organes sont alors laissés pour compte, coupés du reste de l’équipe de dix mille milliards de cellules. Ils ne peuvent plus fonctionner de concert avec les autres et la zone s’isole. Les conséquences sont nombreuses : arrêt de la fonction, encombrement de toxines, mais surtout les fonctions de réparation et régénération cellulaires s’arrêtent. Au pire, cette zone se met à fonctionner pour son propre compte, coupée du reste du corps, et c’est la tumeur bénigne ou cancéreuse.

Les émotions sont très fréquemment responsables de ces troubles de circulation d’énergie.

 

Les cinq émotions primaires

 

Voyons rapidement les cinq émotions primaires que sont la peur, la colère, la joie et la tristesse auxquelles la Médecine Traditionnelle Chinoise joint la pensée ou idéation.

Elles sont reliées chacune à un de nos principaux organes.

  • La peur est reliée au Rein, organe de l’Hiver, lieu de l’ancrage et des réserves d’énergie vitale.
  • La colère est en rapport avec le Foie, organe du Printemps, de toutes les mises en mouvement et de la gestion des plans et étapes de la vie.
  • La joie est liée au Cœur, organe de l’Eté, de la pleine expansion des souffles et de toutes les réalisations.
  • La tristesse est en lien avec le Poumon, organe de l’Automne, de l’intériorisation.
  • La pensée ou idéation est liée à la Rate, organe central, des intersaisons, reflet de la Terre-Mère.

Ces émotions ne sont ni bonnes ni mauvaises. Elles sont toutes de précieuses informations permettant le bon fonctionnement de l’organisme. Comme les symptômes physiques, elles apportent des indications sur notre situation du moment.

Mais elles ont plusieurs niveaux d’expression qui vont, eux, faire que ces émotions vont :

  • soit ne pas gêner les circulations d’énergie et elles sont alors source de bien-être ;
  • soit, au contraire, suffisamment fortes pour créer des blocages et sont à l’origine de pathologies, depuis la plus petite gêne jusqu’à la maladie grave.

Nous pouvons gérer au mieux nos émotions et ainsi dissiper les gênes ou les nœuds énergétiques qu’elles créent. Si nous accueillons, dénouons et laissons s’exprimer et s’évacuer toute l’énergie que nous produisons, notre organisme peut revenir à son état d’équilibre et l’homéostasie est maintenue.

Souvent, nous ne sommes pas en mesure d’exprimer l’émotion qui va être refoulée et se cristalliser au niveau du corps. Prenons l’exemple d’une colère. Enfant, nous avons appris que c’est mal de se mettre en colère et que l’on doit se contrôler. Ce manque d’expression possible de la colère, de l’intérieur vers l’extérieur, la laisse « prisonnière » en nous et cela va gêner au quotidien la libre circulation de nos énergies.

Ces émotions refoulées créent des nœuds qui gênent la circulation harmonieuse et fluide de l’énergie dans tout notre corps.

Des symptômes vont alors se manifester, nouvelle tentative de passer des informations à l’Etre Humain : douleurs, fatigue, instabilité, anxiété, mal-être…

 

Libérer les émotions, ça s’apprend

 

1- Les émotions sont des mouvements d’énergie :

 

La colère est un mouvement de montée vers le haut. Elle est en lien avec le Foie et le Printemps et la montée d’énergie se fait à l’image de la montée de sève dans les arbres.

La joie est le mouvement d’expansion et de diffusion maximale de l’énergie, en lien avec le Cœur et l’Eté

La tristesse est un mouvement d’intériorisation, de retour vers le centre. Il est en lien avec le Poumon et l’Automne.

La peur est un mouvement de repli au plus profond, en rapport avec le Rein et l’Hiver

La pensée, réflexion ou idéation est un mouvement d’imbibition générale, en rapport avec la Rate et le Centre ou les Intersaisons

II n’y a pas de « bonnes » ou « mauvaises » émotions, il y a juste des  mouvements d’énergie, des messagers qui nous permettent de comprendre une situation en profondeur, d’en percevoir le sens dans notre vie.

Les émotions doivent être accueillies avec bienveillance, sans s’y identifier. Elles sont toutes, quelle qu’en soit l’intensité, une réponse à une situation et suscitées par le mental.
Ce qui les rend pathologiques c’est le fait qu’elles ne sont pas accueillies mais au contraire refoulées et qu’elles vont gêner les circulations d’énergie en fonction de leur intensité.

 

2- L’Emotionnel, comme le Corps et le Mental, est partie intégrante de l’Etre Humain.

 

Ces trois corps, physique, mental et émotionnel apportent en permanence des informations et nous devons prendre l’habitude de les écouter et de dialoguer avec eux.

Un tout petit enfant vit de manière immédiate ses émotions. Il peut se mettre en colère, l’exprimer pleinement et une seconde plus tard vivre une joie intense en explosant de rire.
A cet âge, les émotions sont vécues librement, sans interférence mentale.

Il serait bon que les parents et l’école privilégient ce mode de gestion des émotions au lieu de réprimander et de classer les émotions entre bonnes et mauvaises, ces dernières devant être maitrisées et cachées en société.

Si dès l’enfance, nous pouvions expérimenter le fait qu’accueillir l’émotion nous permet d’identifier ce qui est juste ou ne l’est pas pour nous et la laisser s’exprimer permet de rester en santé et en vitalité.

 

3- Le mental exerce un très fort contrôle sur les émotions.

 

Cette pression du mental s’opère tant sur la genèse même des émotions que sur leur interprétation et le tri entre bonnes et mauvaises émotions.

Une émotion libre, hors le contrôle du mental, se vit et se gère dans le Cœur. Nous pouvons l’accueillir avec amour et bienveillance, son expression est alors naturelle et même dans le cas d’une émotion très puissante, comme une violente colère, la situation énergétique revient à l’équilibre rapidement. Nous en recherchons l’origine et grâce à elle, nous pouvons formuler un besoin et ainsi évoluer pour nous et pour notre entourage.

Lorsque le mental s’empare et gouverne l’émotion, il y a souvent un renforcement ou redoublement de l’émotion.
On est amené à aller dans le sens du signal envoyé par l’émotion mais amplifié et aggravé par le mental. En effet, celui-ci se réapproprie nos blessures dans le but louable de nous protéger.

Mais il le fait en fonction de son acquis et de tous les formatages ou identités limitantes posées par les parents et la société.

Nous avons donc à faire un choix :

  • soit nous suivons aveuglément et passivement les choix du mental malheureusement souvent à l’opposé de ce que nous indique les émotions.
  • soit nous faisons le travail de désidentification pour systématiquement passer au filtre nos réactions en abandonnant tout ce qui est de l’ordre de formatages. Ceci nous amène à ouvrir de nouveaux champs quantiques et petit à petit nous arrivons à réconcilier le mental avec les émotions. Ceci ne peut se faire que dans une grande douceur et bienveillance envers le mental.

Il ne s’agit pas de se débarrasser de l’Ego ou mental, ni de le contrôler ou le réguler mais de « faire équipe avec lui ». Juste l’accepter, l’aimer, le remercier pour tout ce qu’il fait pour nous car il fait partie de qui nous sommes.

Un mental respecté n’a plus besoin de crier pour être entendu, il va petit à petit et c’est le chemin de toute une vie être au service du Cœur et non le contraire.
Ceci implique que nous acceptions nos parts d’ombre comme nos parts de lumière. Dans les processus de désidentification, l’acceptation des zones d’ombres est très importante.
Une chose est sûre : il n’est pas possible de ne vivre que dans la lumière et de gommer les parts sombres. La vie est duelle et la lumière ne peut exister sans l’ombre.

Lorsque nous mettons notre énergie dans le fait de cacher nos zones d’ombre, tout ce que nous n’aimons pas en nous, tout ce qui est considéré négatif par la société, nous réactivons nos fermetures, nos protections et tous nos masques d’identifications limitantes.

De plus, le fait de refouler nos émotions, nos parts d’ombre, a de lourdes conséquences :

  • nous nous restreignons dans un petit espace de vie et ne laissons pas la vie couler en nous, ce qui fait parfois dire, lors de prises de conscience, que l’on vit « à côté de sa vie » ;
  • nous nous exposons à des situations de plus en plus difficiles avec des « compulsions de répétition », du fait que tout ce que l’on fuit ou rejette nous revient toujours en pleine figure mais généralement un degré au dessus ;
  • et, enfin, nous transmettons ces empreintes émotionnelles de génération en génération.

 

Les outils pour libérer les émotions

 

1- De nombreux outils sont à notre disposition.

 

A chacun de trouver celui qui lui parle. Citons de manière non exhaustive :

  • Toutes les techniques psychothérapeutiques et psychanalytiques.
  • Les quintessences florales, et en particulier les 38 Fleurs de Bach.
  • L’EFT, Emotional Freedom Technique, allie stimulation des réseaux énergétiques et verbalisation du ressenti émotionnel.
  • La sophrologie, la relaxation, la méditation.
  • La marche consciente.
  • Les huiles essentielles.
  • La CNV, communication non violente.
  • La pratique du « rire thérapeutique » …

 

2- Un exercice très simple, basé sur la respiration et la méditation

 

Il peut être pratiqué pour repérer la ou les émotions en cause. Il peut être pratiqué au choix en assise, allongé ou en marchant.

Il consiste à :

  • se poser et respirer ;
  • conscientiser l’inspir en l’accompagnant consciemment dans le ventre et allonger volontairement l’expir sur quelques respirations ;
  • puis laisser la respiration ventrale naturelle s’installer et se concentrer uniquement sur le chemin de l’air en nous.

Cela permet de déconnecter la ronde du mental et de se recentrer sur Soi. Le calme qui s’installe permet mieux d’écouter le message des émotions.

 

3- Quelques questions à se poser peuvent également aider.

 

– De quelle émotion s’agit-il ?

En sachant que :

  • le plus souvent, il s’agit d’une peur ;
  • quand c’est une autre émotion, la peur est souvent masquée derrière.

Verbaliser ce qui monte permet déjà de réduire l’intensité et de faire du lien avec d’autres émotions.

– Quelle est l’origine de cette émotion ?

Laisser remonter tout ce qui vient, les associations et les ponts entre différentes situations. Nommer les ressentis : une frustration, une remise en cause ou une attaque personnelle, de l’injustice…

– Quel aurait été mon besoin dans cette situation ?

Nommer le besoin permet de préciser les actions à mener pour que ça change et les éventuelles demandes d’aide ou de soutien.

L’idée est d’arriver à proposer un changement en lien avec le ou les besoins et ainsi arriver à s’affirmer.

 

La pratique du rire ou bien le jeu des animaux peut également être d’un grand intérêt pour laisser les émotions s’exprimer.

Terminons par un message du Dalaï-Lama : “Si la méditation était enseignée à tous les enfants âgés de 8 ans sur la terre, nous ferions disparaître la violence du monde en une génération.”

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

SUIVEZ-NOUS SUR FACEBOOK

Facebook Posts

Allez aujourd'hui c'est Dimanche... farniente
Goûter et savourer chaque moment de la vie

Chilling out 🙂
... See MoreSee Less

Quand la gratitude et la bénédiction reprennent leur pouvoir créateur... merci à Isabelle Padovani 🥰 ... See MoreSee Less