CINQ RAISONS DE MANGER AVEC

LES DOIGTS

 

Manger avec les doigts, en France, est souvent synonyme de mauvaise éducation et bouscule les règles de bienséance. Pourtant, l’usage des couverts, et en particulier de la fourchette, ne s’est répandu que depuis environ quatre siècles. Depuis la nuit des temps, les humains ont mangé avec les mains et dans de nombreux pays, cette façon de faire perdure.

Actuellement, une nouvelle mode nous arrive des Etats-Unis, la Finger-Food. Cette tendance en vogue signifie littéralement « nourriture qui se mange avec les doigts » et elle est issue du fast-food. Il s’agit d’aller rapidement à l’essentiel, sans perdre de temps.
Un nouveau courant apparaît avec une alimentation vivante et consciente, doublé d’un désir de retour aux sources et de comportement écologique zéro déchet et zéro pollution.
De plus, dans certaines maisons de retraite ou médicalisées pour personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, on introduit le fait de manger avec les doigts pour permettre de maintenir l’autonomie par rapport à leur repas et de lutter ainsi contre la dénutrition.

 

MANGER AVEC LES DOIGTS SOLLICITE MIEUX LES ORGANES DES SENS

 

Manger est un processus sensuel et conscient. L’utilisation de tous les sens – la vue, l’ouïe, l’odorat, le goût et le toucher – peut rendre l’expérience entière encore plus riche. Manger avec les doigts ajoute une connexion tactile avec les aliments ainsi qu’avec le corps, le mental et l’émotionnel. Nos cinq sens nous informent sur le monde extérieur. La vue, l’ouïe et le toucher réagissent à des stimuli physiques alors que l’odorat et le goût réagissent à des stimuli chimiques.

 

1- La vue est notre sens prédominant et nous permet d’appréhender l’aliment.

 

L’œil transmet ses informations visuelles au cerveau en quelques millisecondes. Il donne des informations sur :

  • la forme de aliment (rond, carré, de forme allongée, etc.)
  • sa couleur (rouge, vert, jaune, etc.)
  • son état (liquide, solide)
  • sa texture (rugueuse, moelleuse, lisse, etc.)
  • sa taille (grand, petit)
  • sa limpidité (trouble, transparent)

« L’eau monte à la bouche » à la simple vision d’une belle assiette rendant la mastication plus efficace garante d’une bonne assimilation de l’aliment  – d’où l’expression « manger avec les yeux ». Toutes ces informations visuelles sont mieux perçues, la confection de la boulette de nourriture entre les doigts prenant plus de temps que d’utiliser la fourchette.

 

2- Manger avec les doigts permet de profiter pleinement des saveurs et des odeurs.

 

Manger avec les doigts permet aux saveurs et odeurs de mieux se dégager entre l’assiette et le passage en bouche :

  • l’odorat est mieux sollicité, envoyant de précieuses informations au cerveau ;
  • les papilles sont mieux stimulées car le temps est plus long avant que l’aliment ne soit en bouche.

 

3- Manger avec les doigts permet de mettre en action le sens du toucher.

 

Ce sens est au repos avec les couverts. Manger avec les doigts donne plus de la liberté, permet de mieux sélectionner les différents aliments de la bouchée. Nous ne subissons plus la contrainte du couteau et de la fourchette. Selon les médecines traditionnelles Chinoise et Ayurvédique, chaque doigt des mains est lié à des réseaux d’énergie en rapport avec les cinq éléments. Plusieurs référentiels sont décrits. Sans entrer dans les détails, on peut retenir que le fait de manger avec les doigts stimule des organes ou des réseaux d’énergie. Ceci contribue à garder tous les éléments en équilibre et rester en bonne santé. Manger avec les doigts permet aux terminaisons nerveuses dans les doigts de transmettre au cerveau des informations sur :

  • la température : cela préserve de brûler la langue lorsque l’on met de la nourriture trop chaude dans la bouche ;
  • le type et la texture : des sucs digestifs et des enzymes appropriés sont libérés.

 

Manger avec les doigts est beaucoup plus hygiénique qu’il n’y parait.

 

En première impression, cela parait « sale » de toucher la nourriture avec les doigts. Cependant, toute personne qui entre dans la dynamique de manger avec les doigts se lave les mains fréquemment. De plus, nous les lavons systématiquement avant de passer à table. Ce qui n’est pas le cas des couverts qui sont nettoyés parfois rapidement et rangés dans des tiroirs pas toujours impeccables. Notre peau, au niveau de la paume et des doigts, abrite de nombreuses bactéries. Nous savons que le lavage des mains au savon classique élimine de nombreuses bactéries pathogènes mais en préserve certaines dont nous pouvons bénéficier. En mangeant avec les doigts, la flore des doigts se transfère à la bouche et est avalée en même temps que les aliments. Ces bactéries participent à entretenir la flore du tube digestif et favorisent une bonne digestion. Si nous mangeons avec des couverts, ces bactéries n’atteignent pas notre intestin.

 

Manger avec les doigts incite à manger plus lentement et à mieux mastiquer

 

Manger lentement permet de laisser le temps à nos mécanismes hormonaux de nous signaler la satiété. Avec la fourchette, on mange vite et on pique de plus grosses bouchées que celles que l’on prend avec les doigts. Le signal de satiété survient en général après quinze à vingt minutes et si l’on mange avec les doigts, on ingère de plus petites bouchées moins nombreuses. On sait que manger lentement participe à maintenir un indice de masse corporelle ou IMC normal. Bien mastiquer les aliments permet d’être rassasié plus rapidement, baissant ainsi le risque de surconsommation. Cela permet de comprendre pourquoi les aliments liquides comme les laitages, les smoothies, les jus sucrés et les boissons gazeuses peuvent nous amener à surconsommer et éventuellement prendre du poids. Bien mastiquer permet également d’augmenter la production de salive assurant une meilleure hygiène buccale puisque la salive peut neutraliser certaines bactéries et favorisant les sécrétions enzymatiques. Manger avec les doigts permet donc de lutter contre le surpoids et les dysfonctionnements métaboliques liés au sucre, aux glucides à IG haut ou aux mauvaises graisses.

 

Manger avec les doigts permet de mieux apprécier les quantités mangées et de sélectionner les aliments

 

En alimentation ayurvédique, le creux formé par les mains jointes définit le volume des aliments dont le corps a besoin. Naturellement, le double de ce volume en légumes, légumineuses ou céréales remplit l’estomac. De même, c’est la pincée, entre pouce et index, qui mesure les épices et les herbes.Elle est liée à la largeur du doigt. Il est bon de cesser de prendre des mesures précises avec un verre doseur ou une balance et d’apprécier les volumes et les quantités par rapport à sa propre main et ses doigts. Ces mesures servent également pour cuisiner : compter 2 volumes de creux de paumes pour un adulte et un volume pour un enfant. Manger avec les doigts ne s’applique pas à tous les types d’aliments et de préparations. C’est très intéressant car cela nous amène à choisir une alimentation plutôt végétale, à base de fruits, de légumes, de préférence crus ou cuits al dente qui se tiennent pris entre les doigts. Les plats en sauce, les laitages et nombre de plats de l’agro-alimentaire sont écartés car non utilisables.

 

Manger avec les doigts favorise une relation intime avec l’aliment avant de le mettre en bouche et permet de manger en conscience.

 

Manger avec les doigts ramène à des plaisirs de la petite enfance. Si nous avons la capacité à sortir de nos croyances limitantes, nous pouvons accéder à un besoin fondamental de rencontre avec les vivants autour de nous, de malaxer et de pétrir sans avoir un référent adulte qui nous l’interdit.
C’est peut-être pour ça que les coutumes alimentaires des pays qui mangent avec les doigts ont du succès, kebabs, falafels, pizzas, pitas : nous avons vraiment besoin de manger avec les mains. Nous pouvons retrouver la joie du contact. A travers ce jeu et ce dépaysement, on revient dans le moment présent, ici et maintenant, dans la convivialité d’un moment de partage joyeux.

Couper les gros morceaux en morceaux de taille raisonnable, pour pouvoir ramasser la nourriture facilement avec les mains. Manger avec les doigts peut être synonyme d’élégance et de raffinement : il y a un univers entre prendre avec délicatesse et respect une bouchée entre le pouce et l’index et manger comme un goinfre d’énormes bouchées piquées sur une fourchette.

Manger avec les doigts ne permet pas de faire autre chose que manger. Nous avons pris l’habitude de regarder la TV, lire un article ou un journal ou continuer de travailler tout en mangeant. Une fois que les doigts sont sales, de nombreuses activités nous sont interdites. Nous nous concentrons uniquement sur le repas. Nous revenons à ce que nous mangeons et nous apprécions mieux la nourriture et les quantités absorbées ainsi que le moment pour arrêter. En effet, lorsque nous utilisons une fourchette, nous avons tendance à manger vite et à piquer une plus grande quantité de nourriture, environ deux fois plus. Les doigts restent propres, mais l’alimentation est mécanisée.

Nous avons vu que manger avec les doigts favorise une digestion légère et une bonne assimilation des nutriments. Les organes des sens sont mieux sollicités et le cerveau prépare mieux les processus de digestion, une bonne mastication améliore les sécrétions enzymatiques. Tous les rouages de la digestion se déclenchent mieux avec des taux enzymatiques et hormonaux optimisés. La flore digestive bénéficie de bactéries amenées par le fait de manger avec les doigts.  

Mais surtout, manger avec les doigts est un possible retour à un vrai moment de partage et de communion avec l’aliment que l’on ingère et avec les convives.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

SUIVEZ-NOUS SUR FACEBOOK

Facebook Posts

Allez aujourd'hui c'est Dimanche... farniente
Goûter et savourer chaque moment de la vie

Chilling out 🙂
... See MoreSee Less

Quand la gratitude et la bénédiction reprennent leur pouvoir créateur... merci à Isabelle Padovani 🥰 ... See MoreSee Less