MANGER BIO : EFFET DE MODE OU NECESSITE

 

Manger bio est encore souvent considéré comme un effet de mode, de la même façon que manger sans gluten ou être végétarien ou vegan.

Nous allons d’abord faire une comparaison rapide entre l’aliment issu de l’agro-alimentaire et l’aliment bio puis nous verrons ce que veut dire « manger bio ».

 

ALIMENT ISSU DE L’AGRO-ALIMENTAIRE INTENSIF

 

En France, tout a débuté dans l’après-guerre. De nombreux produits ont largement utilisés par l’industrie agro-alimentaire intensive pour augmenter les rendements et protéger les plantes d’attaques diverses. 

 Parmi ces produits, citons :

  • les engrais pour enrichir les sols en sels minéraux, ce qui a permis d’accélérer la croissance des plantes ;
  • des pesticides pour protéger les cultures : herbicides pour éliminer les mauvaises herbes, insecticides, pour lutter contre les invasions d’insectes sur les jeunes plants « trop poussés » et donc très fragiles, fongicides, pour éviter le développement des champignons.

Dès 1960, des scientifiques ont émis des réserves sur l’utilisation de ces produits en signalant des effets néfastes sur la santé des hommes et des sols. Cependant, seule la productivité est demeurée le maître mot pour répondre à la croissance démographique du moment.

Avec ce type de nourriture, nos corps sont encombrés chaque jour par de nombreux produits contenus dans les légumes, fruits, céréales et légumineuses mais également dans les viandes, les poissons et les produits laitiers.

 De plus, cette agriculture, usant et abusant d’agents phytosanitaires, appauvrit l’ensemble des productions en vitamines et minéraux.

La valeur nutritionnelle des aliments n’a eu de cesse de diminuer au cours du vingtième siècle..

 

ALIMENT ISSU DE L’AGRICULTURE BIOLOGIQUE

 

C’est un mode de production agricole qui répond à des critères simples :

  • les graines ne sont évidemment pas génétiquement modifiées ;
  • aucune utilisation de produits phytosanitaires de l’agriculture intensive ;
  • application de méthodes naturelles pour la culture : utilisation d’insectes, d’engrais verts ou de compost naturel.

 

L’objectif est double :

  • respecter l’environnement, préserver les ressources naturelles ;
  • proposer aux consommateurs des aliments vivants, de meilleure qualité nutritionnelle et donc bénéfiques pour la santé.

Le bio garantit 35% en moyenne d’apports nutritionnels en plus par rapport aux aliments de la consommation courante.

C’est donc la garantie de préserver son corps des agents phytosanitaires tout en ayant des aliments de meilleure qualité nutritionnelle.

 

MANGER BIO OU ETRE UN VRAI « CONSOM’ACTEUR »

 

Cela sous-entend que certes, nous fassions le choix du bio mais en conscience, en étant en vigilance constante des produits que nous achetons.

En effet, le bio est en train d’envahir les circuits de la grande distribution : toutes les enseignes de la grande distribution arborent un rayon bio de plus en plus volumineux et actuellement fleurissent des supermarchés bio exclusivement.

La prudence est de mise car voisinent dans les mêmes rayons des produits locaux, de saison avec du bio produit hors sol à des milliers de kilomètres d’ici.

De plus, aliment bio n’a jamais été synonyme d’aliment santé :

  • certes, un fruit ou un légume bio est bien meilleur pour la santé q’un produit issu de l’industrie agro-alimentaire
  • mais des rayons entiers d’aliments transformés par l’industrie ont l’étiquettage bio alors que ce sont des produits qui rendent diabétique, agressent nos muqueuses et rendent nos tissus pro-inflammatoires, du fait du choix des matières premières et/ou du mode de transformation et conservation.

 

Reste l’écueil du prix qui est une réalité. Mais l’expérience montre que le comportement change lorsque l’on se lance dans le « manger bio ».

  • L’utilisation de produits en vrac, fruits secs, céréales, légumineuses, graines oléagineuses, diminue le coût, évite les emballages inutiles et permet d’acheter de petities quantités.
  • La préparation des plats à la maison permet de maîtriser mieux les quantités consommées et de moins gâcher.
  • Les fruits et légumes peuvent être consommés tels quels après brossage sous l’eau. Ceci permet de ne rien jeter et de profiter pleinement des micronutriments qui sont souvent concentrés en périphérie près de la peau.

 

En conclusion, le bio n’est pas une mode mais une nécessité.

C’est la voie royale pour restaurer notre santé avec des aliments vivants, dénués de produits phytosanitaires.

De plus, c’est aussi un moyen de :

  • devenir pleinement acteur de sa santé ;
  • remonter jour après jour en vitalité, grâce à des aliments vivants ;
  • renouer avec le plaisir de cuisiner ;
  • retrouver les saveurs des fruits et légumes d’antan ;
  • consommer des graines germées et des oléagineux ;
  • diminuer tranquillement, chacun à son rythme, la consommation de produits animaux en privilégiant la qualité sur la quantité ;
  • contribuer, avec cette action colibri, à la santé de notre société et de notre planète.

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

SUIVEZ-NOUS SUR FACEBOOK

Facebook Posts

Allez aujourd'hui c'est Dimanche... farniente
Goûter et savourer chaque moment de la vie

Chilling out 🙂
... See MoreSee Less

Quand la gratitude et la bénédiction reprennent leur pouvoir créateur... merci à Isabelle Padovani 🥰 ... See MoreSee Less