MANGER DES YAOURTS POUR ÉVITER L’OSTÉOPOROSE : INFO OU INTOX

 

Manger des yaourts est pour certains très favorable à la santé et pour d’autres déplorable. Qu’en penser ?
Il faut s’entendre sur ce que l’on nomme yaourt car il y a «  yaourt et yaourt » 🙂

Nous allons d’abord définir ce qu’est un « vrai » yaourt puis nous verrons les arguments pour et contre la consommation de yaourts.

 

Origine du yaourt

Le yaourt est un lait cru fermenté et c’est vraisemblablement l’un des premiers aliments transformés. En effet, on en trouve les premières traces en Asie centrale, à l’époque Néolithique, environ 5.000 ans avant JC. La médecine Ayurvédique atteste de bénéfices sur la santé et la cuisine ayurvédique utilise largement les yaourts dans les préparations.

 

Manger des yaourts est bon pour la santé

 

Le lait fermenté a deux actions bénéfiques prouvées scientifiquement :

  • Amélioration de la flore intestinale et donc du fonctionnement de l’intestin ainsi qu’une meilleure élimination des toxines
  • Bienfaits sur la solidité des os avec réduction du risque d’ostéoporose et d’ostéopénie

Une équipe de chercheurs du Trinity College de Dublin a rendu des conclusions très positives sur l’incidence de la consommation de yaourts sur l’ostéoporose. L’étude portait sur 4300 personnes et a conclu que 39% des femmes et 32% des hommes avaient un risque d’ostéoporose plus faible s’ils consommaient régulièrement des yaourts

Cependant, dans leurs conclusions ils insistaient sur 2 points :

  • Les autres produits laitiers n’offrent pas le même bénéfice que le yaourt. Il semble que le processus de fermentation par les bactéries soit important.
  • les yaourts de l’agro-alimentaire sont souvent très sucrés et chargés d’additifs divers, colorants, arômes artificiels, conservateurs… Ces additifs transforment des yaourts nutritionnellement sains, en produits nocifs pour la santé.

 

Manger des yaourts est mauvais pour la santé

 

Il est important de consulter l’étiquetage des yaourts que vous achetez en supermarché.

En, effet, l’industrie agro-alimentaire est capable de transformer des aliments qui étaient sains en produits contenant de nombreux additifs nocifs.

Les yaourts de la grande distribution sont souvent préparés à partir de lait de vaches confinées, nourries de céréales génétiquement modifiées, qui ne voient plus ni les pâturages ni l’herbe verte.

De nombreux produits, colorants, arômes artificiels, agents antimoussants, stabilisants sont utilisés ainsi que des édulcorants, des exhausteurs de goût…

Pour éviter de scruter les interminables listes de composants, le plus simple est encore de les préparer soi-même, à la maison, à partir d’un lait cru, bio, de vaches nourries à l’herbe.

Voici quelques ingrédients qui posent problème, et qu’il faut savoir repérer sur les emballages des yaourts… et cette liste n’est malheureusement pas exhaustive :

  • le lait en lui-même, souvent en poudre avec adjonction de protéines de lait, le tout issu de vaches confinées ;
  • le sirop de glucose-fructose, amenant certains yaourts à apporter l’équivalent de 5 morceaux de sucre, responsable de prises de poids et de surcharge graisseuse au niveau du foie et du cerveau ;
  • les édulcorants de synthèse comme le sucralose, l’aspartame et la saccharine ;
  • les colorants artificiels ;
  • les épaississants et stabilisants, tels que la pectine, la gomme de guar et le carraghénane, qui pourrait inflammer la muqueuse intestinale ;
  • les conservateurs comme le benzoate de sodium ;
  • des ingrédients génétiquement modifiés ;
  • des hormones de croissance ;
  • et pour certains, non bio, des traces de pesticides.

 

 

Alors… manger des yaourts, info ou intox ?

 

Comme toujours, le bon sens résoud tout : un yaourt naturel est bon pour la santé et un yaourt transformé voire ultra-transformé est délétère.

Alors qu’est-ce qu’un yaourt naturel ?

C’est un yaourt fabriqué naturellement sans aucun additif… il est issu du lait d’une vraie vache, qui vit le plus souvent possible dans les pâturages et qui est nourrie à l’herbe… et qui entretient avec son éleveur une relation d’estime réciproque.

Un tel yaourt offre de nombreux bénéfices lorsqu’il est consommé au sein d’une alimentation vivante et consciente.

 

Le yaourt améliore le microbiote

 

Les nombreuses bactéries présentes dans le yaourt sont bénéfiques pour l’intestin et sa flore intestinale, le microbiote.

Rappelons que notre corps abrite environ cent mille milliards de bactéries qui tapissent l’ensemble de nos muqueuses alors que nous ne sommes composés que de dix mille milliards de cellules.

Dans la majorité des situations, les bactéries ne sont pas pathogènes, c’est-à-dire source de maladie. C’est la relation que nous établissons avec elles qui est problématique. Depuis « l’ère Louis Pasteur », la médecine occidentale s’est égarée dans une direction erronée et a installé une politique de santé basée sur un rapport de force entre les symptômes et les médicaments, l’important étant à ses yeux que tout soit silencieux, au détriment même de l’homéostasie.

Les probiotiques contenus dans le yaourt sont utiles chez les personnes qui présentent des troubles intestinaux.

En effet, les probiotiques ont un rôle favorable sur la santé de l’intestin et en particulier sur :

  • les troubles du transit, constipation chronique, diarrhées matinales ou alternance diarrhée-constipation ;
  • le syndrome du côlon irritable avec douleurs et ballonnements ;
  • les épisodes de diarrhées aigues, qu’elles soient infectieuses ou liées à la prise d’antibiotiques ;
  • les difficultés à la digestion du lactose, les bactéries du yaourt permettent même à certaines personnes intolérantes de mieux le supporter, sans trouble digestif.

 

Le yaourt apporte du calcium

 

Le calcium est un minéral essentiel qui contribue à :

  • l’ostéosynthèse ou fabrication osseuse, évitant ainsi l’ostéoporose ;
  • la contraction musculaire ;
  • la coagulation du sang ;
  • la transmission de l’influx nerveux.

 

Le yaourt apporte de nombreux micronutriments fondamentaux

 

Mais, rappelons-le, uniquement si les vaches sont nourries à « l’herbe bio ».

Citons les vitamines du groupe B, la vitamine D, de nombreux minéraux et l’acide linoléique conjugué.

 

 

 

 

 

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

SUIVEZ-NOUS SUR FACEBOOK

Facebook Posts

Allez aujourd'hui c'est Dimanche... farniente
Goûter et savourer chaque moment de la vie

Chilling out 🙂
... See MoreSee Less

Quand la gratitude et la bénédiction reprennent leur pouvoir créateur... merci à Isabelle Padovani 🥰 ... See MoreSee Less