Alimentation et maladie grave 2

 

Dans l’article précédent Alimentation et maladie grave 1, nous avons brossé les différentes situations favorisant l’apparition de maladies graves, leur mode d’installation ainsi que les erreurs alimentaires qui ont fait le lit de la maladie.

Dans cette deuxième partie, nous allons décrire les aliments qu’il est bon de consommer pour rééquilibrer chacune des conditions délétères débouchant sur des maladies graves.

Nous avons vu que plusieurs mécanismes constituent le terrain favorable au développement des maladies métaboliques, inflammatoires, dégénératives ainsi qu’à la croissance et au développement des tumeurs.

Nous allons préciser l’alimentation qui convient dans chacun des mécanismes que sont :

  • le terrain lié au stress oxydatif, avec excès de radicaux libres et acidose tissulaire ;
  • le terrain inflammatoire ;
  • le terrain métabolique : syndrome métabolique, surpoids, obésité, prédiabète, résistance tissulaire à l’insuline, diabète, insuline et IGF-1 en excès ;
  • le microbiote déficient avec une flore intestinale appauvrie et une muqueuse intestinale souvent poreuse, responsable de nombreuses malaidies auto-immunes  ;
  • le terrain immunitaire déficient ;
  • une angiogenèse trop facile.

 

Alimentation et maladie grave liée au stress oxydatif

 

L’alimentation moderne, à base de produits prêts à consommer, issus de l’industrie agro-alimentaire, est un facteur très important dans l’acidification du terrain.  Les méfaits du stress chronique constituent la deuxième grande cause d’acidification.

Tous les aliments riches en sucres et en graisses, de basse qualité mais peu onéreuses, favorisent la production de radicaux libres. Ce sont des substances très nocives pour nos cellules.
Notre organisme a la capacité de lutter contre ces radicaux libres en puisant dans l’alimentation des vitamines, minéraux et molécules anti-oxydantes essentiellement contenues dans les légumes, les fruits, les épices et les herbes aromatiques. Mais souvent, il est débordé devant leur trop grand nombre et n’est plus en capacité de réparer au quotidien : le terrain s’oxyde et s’acidifie lentement.

Les radicaux libres ont de nombreux effets délétères :

  • ils abiment les membranes cellulaires, les rendant moins souples et moins efficaces dans le transport des informations ;
  • ils altèrent le matériel génétique des cellules, en particulier l’ADN et peuvent produire des mutations et initier un cancer ;
  • ils accélèrent tous les processus de vieillissement tissulaire en endommageant les mitochondries qui sont les usines à énergie à l’intérieur de chacune de nos cellules.

Afin d’éliminer les radicaux libres, nous devons prendre des aliments antioxydants riches en vitamines et en minéraux.

 

Aliments favorables pour rééquilibrer le terrain oxydé et acide

 

Légumes verts surtout ceux à feuilles vertes : tous les choux.
Fruits et surtout les fruits rouges, l’ananas, la papaye, les agrumes.
Graines germées.
Légumineuses.
Algues, herbes aromatiques et épices.
Thé vert.
Cacao sans sucre et chocolat à 85%, peu sucré.
Huile d’olive.

 

Alimentation et maladie grave inflammatoire

 

L’alimentation de santé élimine tous les produits inflammatoires et favorise les aliments anti-inflammatoires.

Aliments naturellement anti-inflammatoires à favoriser

 

Les épices : curcuma, gingembre, clou de girofle, cannelle poivre.
Les herbes aromatiques : persil, basilic, romarin, thym, coriandre.
Légumes verts, chou vert, rouge, brocoli, chou de Bruxelles, cresson.
Ail, oignon.
Fruits et graines oléagineuses.
Graines de lin, de moutarde et de chia.
Huiles de poisson.
Vinaigre de cidre.
Thé vert.

 

Aliments pro-inflammatoires à proscrire

 

Tous les aliments à base de céréales, surtout si elles sont raffinées ou travaillées par l’agro-alimentaire :

  • la boulangerie et la pâtisserie industrielle
  • les farines et pâtes raffinées
  • les céréales du petit déjeuner, surtout si extrudées et sucrées

Tous les produits sucrés et industriels : biscuits, viennoiseries, bonbons, chewing-gum, barres de céréales, pop corn.
Tous les aliments de saveur sucrée sauf les fruits frais, locaux et de saison.
Toutes les boissons sucrées et phosphatées.

Huiles raffinées et margarines: huile de maïs, soja, palme, tournesol …

Tous les produits issus des laits animaux et surtout le lait de vache.

 

Alimentation et maladie grave du métabolisme du sucre

 

Une alimentation de santé diminue la glycémie, améliore toutes les constantes métaboliques biologiques. En particulier, elle recherche une baisse des sécrétions d’insuline – l’hormone pancréatique qui régule la quantité de glucose dans le sang – et du facteur de croissance dénommé IGF-1.
Ceci permet d’éviter le terrain prédiabétique, de prévenir et d’aider le retour à la santé dans les cancers.
En effet, il a été démontré que les diabétiques présentent un risque de cancer plus élevé que les non-diabétiques du fait de l’élévation de la glycémie et de l’insulinémie.

Pour réguler la glycémie, nous privilégions des aliments à faible charge glycémique et écartons les aliments à forte charge glycémique.
La charge glycémique est plus intéressante pour choisir les aliments que l’index glycémique. Elle tient compte non seulement de l’index glycémique mais aussi de la densité de l’aliment en glucides.

 

 

Alimentation et maladie grave de l’intestin

 

Notre intestin est l’organe qui réalise la frontière entre l’extérieur et nous. Il est en contact avec tous les nutriments mais aussi toutes les toxines que nous ingérons dans l’alimentation.
Il possède des mécanismes capables d’empêcher l’absorption de ces toxines, mais pour cela il est important que notre flore intestinale soit saine ainsi que sa muqueuse, qui ne doit pas être poreuse.
Si les toxines pénètrent dans la circulation sanguine, elles peuvent endommager nos cellules.

La flore intestinale est constituée de milliards de bactéries, essentielles pour que le fonctionnement intestinal soit optimisé. Selon les types de bactéries qui prédominent, nous allons conserver santé et vitalité ou nous allons tendre vers la maladie.
Si l’équilibre du microbiote est bon, la digestion est performante ainsi que l’absorption des nutriments. La synthèse des enzymes et des vitamines est également optimisée, nous protégeant des microorganismes pathogènes, tonifiant le système immunitaire intestinal et participant à prévenir le cancer du côlon.

 

Aliments favorisant la flore intestinale

 

Tous les aliments lacto-fermentés : choucroute, tous les légumes fermentés, le miso, le tamari, le kéfir de fruits, les yaourts de préférence au lait de chèvre ou de brebis, les olives, l’ail confit.

Tous les aliments riches en fibres, essentiellement légumes, fruits et légumineuses, qui vont nourrir la flore.

Notons que la qualité du microbiote est essentielle pour la tolérance et l’efficacité des chimiothérapies anti-cancer. Il est donc très important de prendre soin de sa nourriture, de faire 24 à 48 heures de jeûne avant chaque chimiothérapie et d’entretenir sa flore tout au long des cures avec un probiotique.

 

Aliments détruisant la flore intestinale

 

Toute l’alimentation issue de l’industrie agro-alimentaire et la restauration rapide.
Excès de viandes grasses, de plats en sauce et de charcuterie.
Alcool, tabac.
Médicaments, antibiotiques, chimiothérapies.

Les facteurs de stress répétitifs, les troubles psycho-émotionnels, la sédentarité et une respiration incomplète, thoracique influent également négativement sur la flore intestinale.

 

 

Alimentation et maladie grave du système immunitaire

 

Aliments qui tonifient le système immunitaire

Les légumes à feuilles vertes, les algues et les champignons tonifient le système immunitaire.

Les graines oléagineuses, en particulier les graines de lin sont également favorables.

Certains poissons sont également retenus.

 

Aliments qui dégradent le système immunitaire

 

Aliments raffinés, transformés et ultra-transformés de l’industrie agro-alimentaire.

Excès de viandes grasses et produits laitiers
Viandes, saucisses et viandes transformées

Tous les aliments à base de céréales, surtout si elles sont raffinées ou travaillées par l’agro-alimentaire :

  • la boulangerie et la pâtisserie industrielle ;
  • les farines et pâtes raffinées ;
  • les céréales du petit déjeuner, surtout si extrudées et sucrées voire ultrasucrées.

Tous les produits sucrés et industriels : biscuits, viennoiseries, bonbons, confiseries, chewing-gum, barres de céréales, pop corn.
Tous les aliments de saveur sucrée sauf les fruits frais, locaux et de saison.
Toutes les boissons sucrées et phosphatées.

Huiles raffinées et margarines, huile de maïs, soja, tournesol, palme.

 

Alimentation anti-angiogénique

 

Pour qu’un nouveau tissu se développe, il est indispensable que de nouveaux vaisseaux sanguins apparaissent. Ainsi les cellules tumorales ont la capacité de croitre.
Pour obtenir du glucose et de l’oxygène, les cellules tumorales émettent des signaux chimiques qui font que les cellules qui les entourent forment un réseau de capillaires sanguins dont le but est de nourrir la tumeur. Ce processus s’appelle l’angiogenèse.

Certains aliments sont anti-angiogéniques c’est à dire qu’ils ont la capacité d’entraver la formation de ces néo-vaisseaux. De ce fait, le cancer débutant se retrouve très peu nourri. Sa croissance en est grandement entravée et dans le meilleur des cas, il se dessèche et disparaît.

Tous les légumes crucifères, céleri, champignons
Fruits rouges
Chocolat noir > 85%
Ail, curcuma, gingembre
Herbes aromatiques : coriandre, persil, cerfeuil
Algues
Thé vert

 

En matière de conclusion, rappelons que, d’une manière globale, adopter une alimentation à base d’aliments vivants et se nourrir en conscience, en respectant les besoins du corps, est favorable aux processus d’auto-guérison et au retour à la santé et à la vitalité.

Cette alimentation est basifiante c’est-à-dire qu’elle lutte contre l’acidose tissulaire et elle est naturellement anti-inflammatoire.
En effet, nous savons que l’acidose tissulaire et l’inflammation font le lit de toutes les maladies chroniques et graves.

L’alimentation la plus favorable pour revitaliser l’organisme est à base de légumes verts et de fruits en grande quantité, avec quelques protéines (graines germées, légumineuses, poissons, fruits de mer, oeufs) et des super-aliments.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

SUIVEZ-NOUS SUR FACEBOOK

Facebook Posts

Allez aujourd'hui c'est Dimanche... farniente
Goûter et savourer chaque moment de la vie

Chilling out 🙂
... See MoreSee Less

Quand la gratitude et la bénédiction reprennent leur pouvoir créateur... merci à Isabelle Padovani 🥰 ... See MoreSee Less